20/11/2013

Epitrochleite ou le surmenage du bras

Il ne faut pas être sportives assidue pour attraper les bobos réservés à ces courageux êtres humains qui se dépensent sans compter été comme hiver.
Il suffit de regarder le temps qui passe et de constater les empreintes qu'il nous laisse.
Déjà un ménisque il y a 17 ans..  et maintenant ça.

Ainsi, ayant mal au bras depuis deux mois je me suis décidée à demander au médecin traitant ce qui cause la douleur, m'empêchant presque de soulever ma tasse de thé pour la porter à mes lèvres.
Je sais que deux mois... J'exagère mais j' avais bon espoir que l'inflammation disparaisse d'elle même. Un peu de gel quand j'y pense ne suffit pas.
Après m'avoir interrogé et palpé le bras le médecin et son jeune stagiaire ont conclu à l'épitrochléite au bras droit. Le remède le plus efficace serait le repos du bras car l'inflammation vient de son surmenage.

Mais c'est que je suis droitière moi docteur ! Et je travaille sur pc toute la journée... Cela ne va pas être commode de cliquer avec la main gauche ! sans parler de la cuisine et du ménage. Et de la console de jeu.

La cerise sur le gâteau ? Le risque très grand de chronicité de la chose. Cela me donne l'impression d'un bobo de vieille.

Bon fini le tennis. Enfin je n'ai jamais commencé...
Fini de rire surtout, de porter des sacs, de jouer à guitare héros.
Le médecin m'a bien expliqué : chaque fois qu'un mouvement est douloureux c'est un mouvement que j'aurais du éviter car je déchire à nouveau, même de façon microscopique, sur l'inflammation.

Ma collègue m'a confirmé que son épicondylite (proche cousine de mon épitrochléite) revient régulièrement la faire souffrir. Rien qu'en prenant le téléphone la douleur se fait sentir ! Encourageant.

En attendant je ne parviens plus à prendre la cruche du percolateur sans renverser du café partout. Ni utiliser la souris du pc, tenir la tablette, pianoter sur mon smartphone, repasser les vêtements, tricoter, etc
Mon bras est surmené ! voilà quelque chose que je ne pensais pas entendre un jour. Je me rends compte maintenant que tout ce qu'on fait implique le travail des muscles de l'avant-bras.

Bref, me voici avec un nouveau bobo. Pas très grave il est vrai mais sournois et lancinant, et qui va m'embêter pendant le reste de ma vie !

Les commentaires sont fermés.