15/08/2014

Des projets et de l'égoisme

Chouchou a décidé d'entamer des travaux dans ma maison.

D'abord, on va mettre du parquet dans notre chambre.  J'en profiterai pour retapisser.  Après 20 ans, cela ne fera pas de mal de rafraichir un peu la pièce. Pour cela il faudra casser le vieux carrelage et refaire une chape.  Pour le parquet, la chape doit sécher à fond, donc au moins trois semaines.  Nous allons donc installer le lit dans le salon car Chouchou aime regarder la télévision avant de dormir.  Moi j'aurais préféré la salle à manger qu'on n'occupe pas beaucoup. Mais bon...

Il a donc déjà fallu vider les armoires, trier la garde-robe et au passage je replonger dans mon passé.  Trier le linge et jeter les cahiers qui me servaient de journal intime.  Je n'aimerais pas que Chouchou tombe dessus et les lise.  Et puis il est temps de laisser le passé à sa place et de vivre le présent, non?

Je me suis sentie plus légère ensuite, comme débarrassée de certains poids.  je ne suis plus cette femme là, et j'aime celle que je deviens, même si ce n'est pas souvent facile.

Après notre chambre il y aura les deux autres petites chambres que j'ai remplies de bordel juste pour pouvoir dire que je n'ai pas de place pour loger les enfants de Chouchou.  Encore du rangement et du tri à prévoir. 
Ensuite ce sera le carrelage du reste de la maison, sauf la salle de bain.  Là je ne sais pas comment nous ferons pour loger ou manger ou vider toutes les pièces.  Mais chaque chose en son temps.  J'ai tellement de mauvais souvenir des travaux de ma salle de bain, u temps de l'ex-mari que j'ai quelques appréhensions.  Il avait fallu 8 mois pour carreler et aménager une petite salle de bain... Enfin, la semaine prochaine je dormirai dans le salon.

La bonne nouvelle de ce 15 août est que Chouchou qui devait prendre ses filles à trois heures pour le week-end ne les aura que demain.  Enfin les deux petites car l'ainée est toujours chez ma belle-mère.  Elle devrait repartir avec ses soeurs dimanche soir, elle n'a sans doute pas envie de changer d'école.  Sa mère a demandé si elle revenait avec de "bonnes intentions"... on est loin des excuses que l'adolescente exigeait.  Ma vie va redevenir "normale". 

Chouchou n'a pas changé sa vie pour le retour de sa fille.  Il n'est pas allé beaucoup plus chez sa mère pour la voir, il ne l'a pas imposée pour quoique ce soit.  Samedi dernier nous sommes allés à Bouillon sans qu'il évoque même la possibilité d’emmener sa fille.  Il avait envie d'une journée pour nous deux je crois.  Quand il a appris que ses filles viendraient seulement samedi (on lui demande même plus si il est d’accord, on impose) il a dit à ce rythme là il les laisserait chez leur mère, il ne les prendraient plus.  Elles pourraient faire ainsi ce qu'elles veulent. Et lui il aurait aussi tous ses week-ends pour lui. 

On dit toujours que quand on prend un homme on doit prendre tout ce qui va avec, y compris ses enfants.  Car les enfants n'en peuvent rien.  Mais quand ça ne se passe pas bien avec les enfants?  Pourquoi le nouvelle compagne doit subir ça? Ce n'est pas moi qui lui ai demandé de quitter sa femme.  Quant à ses enfants... on s'est déjà séparé pour cela.  Je ne suis pas responsable des choix que son ex-femme a fait en refusant de prendre la pilule, en tombant enceinte dans le dos de son mari.  Ce n'est pas moi qui lui ai forcé la main.  Alors pourquoi je devrais assumer les décisions des autres?  Moi je n'ai rien imposé...

C'est peut-être égoïste de ma part.  On présente toujours les enfants du divorces comme des victimes malheureuses de la situation.  Mais les enfants savent très bien en tirer parti et manipuler leurs parents par la culpabilité.  Alors tout leur est permis.  Tout leur est dû.  Je ne les vois pas comme des victimes moi, plutôt comme des tyrans.  En tant que nouvelles compagne on doit leur plaire, se faire aimer en sachant qu'à la moindre contrariétés elles me remettront à ma place car je ne suis pas leur mère.  Je suis celle qui a brisé leur vie de famille, donc une moins que rien qui n'a rien à dire, aucune valeur.  Des tyrans je vous dis.  Certaines de mes collègues ont beaucoup pleuré car leur beau-fils ou belle-fille les humiliait.  Moi je me souviens d'un jour ou j'ai compris que je n'étais pas obligées de les aimer.  Ni d'être aimée d'elles.  Et de ce jour là la vie est devenue moins pénible, car elles n'avaient plus de prise sur moi.  Les humiliations me touchent beaucoup moins.

Alors tant pis, je serai une égoïste qui cherche à se rendre la vie plus supportable.  Au risque de  paraître froide, sans coeur.  Peu importe.  Je suis sans doute à la moitié de ma vie, je compte bien ne pas me laisser pourrir l'autre moitié comme l'a été la première partie!

11:28 Écrit par Diabola dans Vie de femme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : enfant, chouchou, divorce, égoisme |  Facebook |

Commentaires

Et tu as bien raison, ne change pas d'avis surtout....

ici mon beau fils vit avec nous...et c est pénible pour moi....juste que la différence était que j etais d'accord qu'il vienne, il etait adorable quand il venait en week end.....ce que je ne savais pas c est qu'il etait menteur et manipulateur...et mon cheri est berné et sans solution...et moi j ai plus l'envie de prendre mes jambes à mon cou, que de rester meme si j'aime chéri tres fort, juste que je ne supporte plus la situation....

apres tout, pourquoi je devrais encore subir mon beau fils alors que je ne permettrais jamais tout ca de mes enfants...?

dure solution/resolution....on verra

Écrit par : radinette | 15/08/2014

Comme je te comprends. Je ne sais pas si je supporterais si Chouchou m'imposait ses filles, même par amour. Courage. ..

Écrit par : | 26/08/2014

Les commentaires sont fermés.